samedi, août 26, 2006

Un autre anniversaire

Ce matin, à France-Info, la radio qui m'accompagne une partie de la journée, Gonzague Saint-Bris évoque l'anniversaire de la Déclaration des Droits de l'Homme. Bravo, Monsieur. J'écoute vos émissions avec plaisir. La voix est belle, les propos passionnants. Aujourd'hui encore, le sujet ne l'est pas moins. Quel texte que cette Déclaration ! Parfois prémonitoire. La riche pensée de ses rédacteurs ne tombe pas dans le pathos trop fréquent des révolutions. Tout est clairement exposé, sans ambiguïté. Dans ces Droits figure le libre accès à la propriété. On est loin de "la propriété, c'est le vol" et plus près de l'"Esprit des Lois" de Montesquieu.

Et presque en même temps, j'apprends qu'un agriculteur, militant anti-OGM et faucheur bénévole, va être traîné devant les tribunaux pour avoir voulu se soustraire à une analyse ADN. La génétique contre les anti-génétiques. J'ai déjà écrit dans un blog que je n'approuvais pas la destruction systématique des champs de maïs ou de tout végétal modifié, craignant que cela ne nuise à la recherche scientifique sur les maladies génétiques.
Mais il s'agit d'un problème qui s'apparente davantage aux Droits de l'Homme. J'ai trouvé normal qu'on veuille, par prélévement de l'ADN, ficher les
violeurs et autres délinquants sexuels, ainsi que les coupables de meurtre. Si la recherche de la vérité doit passer par là, soit. Mais que signifie l'extension de cette recherche à un délit certes répréhensible ( comme tout délit, par définition ! ) mais somme toute sans comparaison avec les faits qui ont justifié la recherche de l'ADN.
Qui vole un oeuf vole un boeuf, prétend la sagesse populaire qui n'en est pas à une connerie près. Pourquoi ne pas étendre alors la Loi aux infractions contre le Code, au stationnement abusif par exemple, aux arrêts maladie injustifiés, aux enfants qui font l'école buissonnière ?
Même si ce militant professe des opinions que je crois néfastes, viole un des Droits de la Déclaration en s'attaquant à la propriété d'autrui selon un "principe de précaution"mis à toutes les sauces, je ne peux que le soutenir dans son refus.

Attention, Big Brother n'est pas loin.( Reprenons en choeur la chanson des Petits Cochons : Who is afraid of the Big Brother...)

C'est pour lutter contre un certain type de criminalité qu'on a instauré cette mesure.
Qu'elle ne devienne pas une démesure.

1 Comments:

At 15:41, Anonymous Anonyme said...

Great beat ! I wish to apprentice while you amend
your site, how could i subscribe for a blog site?
The account helped me a acceptable deal.
I had been a little bit acquainted of this your broadcast provided bright clear idea

Here is my page ... Patria Rappe

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home