mardi, janvier 18, 2011

BALAI

Ce mot dont l’origine est incontestable (Du gaulois banatlo , du breton Balazn, balain = genêt) apparaît icipour une petite promenade.
Une brassée de genêts servait jadis à balayer. On parle parfois de genêt balai, ce qui est une tautologie. Le plus étonnant est qu’on en ait fait le symbole des sorcières. Elles chevauchent un balai pour se rendre à leur sabbat. Après avoir avalé un bouillon infâme.
Plusieurs points à noter. Le sabbat réfère discrètement au judaïsme et chacun sait que le diable est juif !
Plus intéressant est le fait que le genêt contient un alcaloïde, la spartéine, dont certains effets peuvent se rapprocher de ceux du cannabis.
Enfin, on lit souvent que les sorcières mettaient des crapauds dans leur chaudron. Or la peau de ces batraciens contient de la bufotoxine (C40 H60 N4 O10) appelée aussi, comme vous le savez certainement, 3-15-14-trihydroxy-19. Elle contient aussi de la bufoténine, 5-hydroxy-N,N-dimethyltryptamine, dont les effets seraient psychédéliques. L'Australie fait face actuellement à une invasion de Bufo Maritimus très venimeux.
On aurait donc haschish et LSD dans ce brouet de sorcières. De quoi faire un trip. Sur un balai. Le symbole sexuel du balai enfourché par les sorcières est si évident qu’on voit souvent dans les livres pour enfants les sorcières chevaucher le balai… en amazone !

♠ En 1591, à Louviers, le Prévôt Loys Morel, sieur de la Tour, rédigea un procès-verbal sur un cas de possession diabolique, celui de Françoise Fontaine qui affirmait se rendre au sabbat. Elle en revenait en décrivant force détails. Il y eut enquête, témoignages, interrogatoires. Le prévôt passa la nuit près de la pauvre servante après qu’elle eut ingurgité son bouillon. Une corde reliait son poignet à celui de le « sorcière ». Au réveil elle affirma avoir volé au sabbat. Le Prévôt qui ne l’avait pas quittée en conclut qu’elle était folle et son procès-verbal évita sans doute le bûcher à la « sorcière ». Quel beau scénario.

Bibliothèque Diabolique
Procès-verbal fait pour délivrer
UNE FILLE POSSÉDÉE par le MALIN ESPRIT à LOUVIERS.

Publié d’après le manuscrit original et inédit de la Bibliothèque Nationale
Par Armand Binet, Archiviste Paléographe. Introduction par B. de Moray.
Paris 1883 Aux Bureaux du Progrès Médical - Delahaye et Lecrosnier, Éditeurs, place de l’ École de Médecine

♠ ♠ En Sologne et Berry, les vignerons ont (avaient ?) l’habitude de mettre une branche de genêt dans leurs tonneaux de sauvignon. D’où un certain goût presque résineux et des cauchemars garantis si vous en buvez deux verres avant de vous coucher.

1 Comments:

At 22:03, Anonymous Anonyme said...

;-) Merci Jean-Claude. Il y a effectivement un beau scénario à écrire sur le Prévôt et la sorcière. Je ferais plus de commentaires plus tard sur ton passionnant blog. Je bois deux verres de Sauvignon et au lit !
Marc

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home