dimanche, octobre 02, 2005

Diktat

J'avais réservé mes places de théâtre par Internet, avant de lire aucune critique. Quand celles-ci ont paru, magré le peu d'enthousiasme qu'elles témoignaient et les commentaires peu flatteurs qui saluaient la pièce, je n'ai pas annulé mon désir de voir Richard III. Une des mauvaises critique venait d'un hebdomadaire plutôt marqué à droite, l'autre d'un quotiden de gauche. C'était, par ailleurs, la première fois que je me rendais au Théâtre des Amandiers. La salle était pleine, preuve que le public n'avait pas tenu compte du diktat de la presse.
J'ai assisté à une excellent spectacle, superbement monté, magnifiquement joué. J'ai trouvé Philippe Torreton excellent. On avait écrit qu'il jouait à la "de Funès". A aucun moment je n'ai ressenti une telle impression. Véritable athlète de la scène, il a tenu le rôle à bout de bras (atrophié, dans l'histoire). On a reproché un phrasé particulier qui tenait plus au style de la pièce qu'à tout autre chose. Un drame shakespearien a besoin d'un autre souffle qu'une comédie de boulevard.
De façon générale, je n'aime pas trop le parti-pris de modernisme qu'imposent certains metteurs en scène. J'ai déjà vu des Misanthrope et des Britannicus en complet veston et, il y a quelques années, un Bérénice où Titus, sans doute PdG d'une multinationale, tenait un attaché case comme symbole de pouvoir. J'ai également vu sur une scène subventionnée une Juliette, pensionnaire de maison close, qui se shootait sur scène et les vieux Montaigu et Capulet se battre en duel à coups de polochon, nus sur des fauteuils roulants. Le jeune public était ravi.

Tant pis.

Ici aussi, quelques touches de modernisme et des anachronismes voulus égayaient la pièce. La scénographie originale permettait des changements à vue très bien venus. Le côté clownesque des oeuvres de Sakespeare et les provocations qui émaillent ses oeuvres étaient, en fait, respectés. Si rois, reines, princes et princesses portaient de somptueux costumes de cour, un peu samouraïsants parfois, quelques personnages étaient résolument modernes. Les Tueurs à gages semblaient sortir d'un film de Tarantino et Révol, dans le rôle du Lord-maire de Londres, évoquait aussi bien le Major Thomson que Chapeau melon et bottes de cuir.
Je ne sais si j'ai bien compris la volonté qui a présidé à ces choix. Mais j'y ai vu un éclairage inattendu. Si les fastes de la Cour sont loin, si Rois et Reines ont perdu de leur grandeur, tueurs à gages et gens du peuple sont bien restés les mêmes. On assassine toujours pour conquérir le pouvoir.
En revenant de cette enrichissante soirée, j'ai repensé aux critiques que je mentionnais. Je me suis demandé à quel obscur mobile obéissaient les journalistes spécialisés. On peut certes regretter que tant d'efforts soient entrepris pour présenter une pièce mille et mille fois jouée alors que des auteurs vivants excellents (je parle de moi, bien sûr!) ne trouvent pas de scène. Pourtant ce spectacle d'une qualité exceptionnelle méritait mieux que la dérision.
Cherche-t-on à détourner le public du Théâtre?
En tout cas, ça n'a pas marché.

Tant mieux

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home