dimanche, août 28, 2005

Familles recomposées

Ne vous trompez pas sur ce titre. Il s’agit des familles politiques. Je vais me lancer dans l‘analyse politique. Qui, moi ? Oui, je ne recule devant rien.
On voit des communistes, des socialistes, des lepénistes, des poujadistes, des trotskistes, des ultranationalistes, des souverainistes, etc. voter de concert contre le projet constitutionnel. Aujourd’hui, le P.S. court à la scission, François, Jack, Dominique, Laurent se positionnent les uns contre les autres. Tandis que Marie-George siège près d’Olivier à l’Université d’été de la L.C.R… Staline et Léon, même combat. Et c’est bien. Les partis traditionnels ont fait leur temps. On dégage.
Réfléchissez : que reste-t-il aujourd’hui des partis politiques de 1906 ? De rares nostalgiques de la Fleur de lis, de l’Aigle ou de l’Abeille. Vous souvenez-vous des trois flèches du front popu ? Non ! Que restera-t-il du gaullisme dans 50 ans ? Sans doute rien : il n’aura plus de raison d’être. Et la rose au poing ? Marx est bien oublié, Mao en passe de l’être dans une Chine de plus en plus libérale. Pas si lointain, mai 68 n’est plus qu’un souvenir pour les soixante-huitattardés. Je me souviens de ce gros industriel du show-bizz venu, à la Sorbonne, offrir son établissement à la Révolution (C’est vrai !). Veste tombée, bretelles au vent, assis à califourchon sur sa chaise, il offrait des cigares à la ronde et se vantait de verser chaque année une «brique» pour la fête de l’Huma. Les camarades mao-spontex, les situationnistes et les anars n’appréciaient pas ! Aujourd’hui ils applaudiraient sans doute. Les doctrines, les idéologies sont toutes appelées à disparaître. Par quoi seront-elles remplacées ? On peut tout craindre. Les seules qui perdurent sont, hélas, le racisme et l'antisémitisme. Et le libéralisme sauvage.

J’évoquais le siècle dernier. Les mutations, les recompositions n’attendront pas si longtemps. Je prédis qu’il n’existera plus aucun des partis en présence dans trente ans. Je mets quiconque au défi de me prouver à ce moment-là que ma prédiction était fausse: il faudrait alors que j’aie vaincu le record de longévité.

1 Comments:

At 16:52, Anonymous Carmelo said...

Bonjour Jean-Claude, suite à la lecture de ce blog, je cours écouter à nouveau Léo Ferré, et ce, sans dieu ni maître...

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home