mercredi, août 24, 2005

un peu de tout

Armstrong convaincu de dopage ! Ça vous étonne? Alors, il est temps de relire ces merveilleux blogs que je ponds depuis quelque temps. En juillet j’ai défendu le dopage et demandé pourquoi on n’appliquait pas les règles anti-dopage aux hommes politiques. Il y aurait des surprises ! Réflexion faite, pas tellement…. Allez vérifier sur mes anciens blogs, ça reste d’actualité. Ce blog aussi génial que les autres et farci comme eux d’inévitables fautes de frappe («sondes » à la place de « seconde »)! Mes idées courent plus vite que mes doigts et, comme eux, tremblotent un peu.
Je ne voulais pas parler d’actualité ce matin. Mais d’un spectacle auquel j’ai assisté et qui rejoint une anecdote qui m’a été rapportée par plusieurs personnes. Un fait de société. Une dame bcbg ou cpfh (collier de perles, foulard Hermès) promène son petit chien. L’animal s’arrête pour déposer sa gentille crotte sur le trottoir. Aussitôt la dame sort un mouchoir de papier de son sac ou une feuille de ce papier de toilette qu’au lycée nous appelions prosaïquement du PQ. Elle se penche et… Bravo ! Un geste citoyen ! Elle va ramasser le… Vous n’y êtes pas. Elle essuie maternellement les féfesses du toutou, laisse tomber le papier souillé près de la chose en question et va repartir très digne. Je ne peux m’empêcher de m’écrier : « Quelle dégueulasse » La dame s’arrête, soupire et répond : « Un animal, vous savez, ça ne se contrôle pas ». Et je réplique : « Madame, je ne parlais pas du chien »

Ce n’est pas comme ça qu’on se fait des amis.

Une autre fois, le même spectacle, alors que deux contractuelles se préparent à glisser un PV sous un essuie-glace. (Le véhicule étant assimilé à un habitat, n’y a-t-il pas violation de domicile ?) Je demande aux deux dames uniformisées si elles vont sévir contre le ou la propriétaire du toutou délinquant. Réponse: ce n’est pas dans nos attributions. Elles ont raison mais il y a là un manque à gagner pour l’État. Des brigades spécialisées. Vu le nombre de déjections canines sur les trottoirs il y a là un marché porteur. De plus, les crottes récupérées pourraient, comme au début du XX° siècle, être utilisées pour traiter le cuir. Vous savez, la bonne odeur de cuir ? En grande partie, c’était ça.

Je suis ce matin d’une vulgarité crasse. N’y a-t-il pas d’autres sujets que la merde? Hélas, non. Même si elle porte d’autres noms : guerres, incendies, accidents de voiture, pollution…

1 Comments:

At 00:20, Anonymous Anonyme said...

Bravo! Cette histoire est trop belle pour être vraie, mais cela ne m'étonne pas de toi, avec ton sens de la répartie! Toutes ces déjections pourraient aussi servir d'engrais naturel au lieu d'utiliser des pesticides chimiques! Ou alors il y a peut-être moyen d'en faire un produit dopant!!! Remarque perso concernant Armstrong. Je propose que les Américains subventionnent encore plus la recherche spatiale pour aller sur Mars et dans la Lune, mais de grâce qu'ils ne viennent plus nous enquiquiner sur le Tour de France!!!!
Vanessa

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home