mercredi, septembre 06, 2006

ELITE

Une fois de plus, Segolène a donné un coup de pîed dans la fourmilière. Désavouée, bien sûr, par les éléphants du Parti ( ne seraient-ils, en fait, que des fourmis?) madame la candidate à la candidature veut supprimer la carte scolaire. C'est aussi une idée sarkoziste mais, cette fois, je l'approuve.
La carte scolaire se voulait anti-élististe mais qu'en était-il vraiment ?
A part l'aspect purement démagogique, pardon, je voulais dire démocratique, la carte ne changeait rien. Envoyer les enfants dans des établissements dépendant géographiquement de leur habitat imposait aux plus pauvres d'aller dans des écoles de leur quartier. Aux riches aussi. Mais ces derniers ne demandaient pas mieux !
Il y a des établissements plus prestigieux que d'autres. Ils sont "hors carte scolaire" au nom de l'excellence. Est-ce à dire qu'il y a des établissements qui ne pratiquent qu'un enseignement de seconde zone ? Non. Mais dans une école où maîtres et maîtresse tentent en vain à longueur de journée d'instaurer un semblant d'ordre et de discipline, il est bien difficile de prodiguer un enseignement de qualité.
Imaginons maintenant un couple nanti habitant un quartier dit défavorisé. C'est rare, mais sait-on jamais? Il aura plusieurs façons de déroger à la carte scolaire.
-1 : Il loue une chambre de bonne dans le quartier possédant un des établissements sus-nommé ou trouve un parent ou un ami qui certifie que l'enfant est domicilié chez lui.
-2 : Il met l'enfant dans un établissement privé confessionnel ou non.
Un élève excellent d'un foyer défavorisé ne pourra pas accéder aux établissements prestigieux le plus souvent situés dans des quartiers prestigieux...
SAUF...
Sauf s'il justifie d'un dossier qui lui permettra d'échapper légalement au diktat de la carte scolaire !

Celle-ci ne sert donc à rien. La suppression ne changera rien.
Toutes ces réflexions ne sont pas personnelles. Je dois avouer que je reprends ici bien des idées
dz Dom. Le droit à l'excellence existe. Le droit de faire partie de l'élite peut s'acquérir. Il n'y a aucune honte à vouloir en faire partie, comme dirait Marc. ( Voir blog précédent)

Puisque je viens d'évoquer mon blog sur le vote, une petite info. J'ai parlé de l'âge limite (supérieure) du droit de vote en m'appuyant sur mes nombreuses décennies. Cela m'a valu une remarque pertinente et Anonymous sur l'âge des gouvernants, qu'ils s'appellent Mao, Castro, De Gaulle ou Mitterand... Liste non exhaustive. Ce faisant, je reprenais le thème d'une chanson que je viens de terminer et que je présenterai cet automne dans mon tour de chant one-man-show.

Je ne manquerai pas de signaler ici-même, le lieu et les dates de ces BLOGS EN DIRECT.
Voilà. Un peu de publicité ne fait pas de mal

A bientôt.

13 Comments:

At 17:32, Anonymous dom said...

Pauvre blog qui n'a que zéro commentaire!
Allez, un petit effort...

Bon, c'est vrai que j'aime bien l'excellence scolaire.
Mais j'aime bien aussi l'apprentissage.
J'ai passé une grande partie de ma vie professionnelle avec des gens qui avaient commencé à bosser à 14 ans. Ils étaient intelligents, cultivés, structurés. Ils avaient un métier dans les pattes.

 
At 16:22, Blogger Chris said...

Je crois que l'école doit donner les mêmes chances à tous !

Et la suppression de la carte scolaire ne va pas dans ce sens, puisqu'elle permet aux parents les mieux informés du système scolaire (et pas forcément des enfants les plus intelligents) de choisir les meilleurs établissements...

Liberté au détriment de l'égalité, c'est un choix !

Personnellement, je ne suis une adepte ni de Sarkozy, ni de Ségolène !

 
At 21:40, Anonymous Thina said...

Carte scolaire ou pas, là n'est pas la question: ce qui me choque c'est la différence de moyens entre l'école publique et l'école privée.
Trouvez-vous juste que l'école privée bénéficie non seulement de l'argent des familles et dons divers (jusque là pourquoi pas) mais en plus du paiement par l'état (nous, nos impôt!) des salaires de ses enseignants??!!! ... ce qui représente une part non négligeable de leur budget.
En résumé: l'état paye les profs d'écoles où tous les enfants ne sont pas admis, où l'enseignement républicain n'est pas garanti. et, en même temps, réduit des budgets de fonctionnement, le nombre des enseignants et encadrants dans les écoles publiques!!
Pas étonnant que l'école publique soit si mal en point et l'école privée si arrogante! elle a le beurre et l'argent du beurre..
Les écoles privées ont tout à fait leur place à côté de l'école publique mais qu'elles restent privées aussi pour leurs dépenses et que les fonds libérés soient utilisés pour faire de l'école de la République, l'école du savoir et de l'égalité.

 
At 23:35, Anonymous Anonyme said...

J'ignorais le principe de la carte scolaire en France. Nous ne connaissons pas ce genre de dispositif en Belgique et, du reste, personne le ne demande. Il constitue une atteinte à la liberté de choix des parents. Les arguments en faveur de ce système sont assez flous. Hormis une facilité de gestion pour les établissements, sont ainsi assurés d'avoir un certain nombre d'élèves, je n'en vois pas. Cet impératif me paraît insuffisant en regard de la liberté de choix. Quant à l'argument, ci-dessus, que la carte favoriserait l'égalité, car elle "bride" les parents qui en sauraient plus que d'autres, en leur interdisant d'envoyer leurs enfants dans un meilleur établissement, cela me paraît assez bizarre. Il faudrait, pour la même raison, interdire le guide Michelin ;-)
Si la carte scolaire était si justifiée et si essentielle, pourquoi ne pas en décliner le principe ? Pourquoi pas une carte des vacances (les habitant de chaque département auraient un choix restreint à cinq autres départements pour passer leurs congés: ce serait logique pour la meilleure répartition des infrastructures touristiques et la diminution des bouchons). Ou une carte des cinémas : pas question d'aller de l'autre côté de la ville pour voir un film. Ainsi les cinéma de quartier pourraient renaître.
Robert de Bruxelles

 
At 19:51, Anonymous tutur said...

A Robert,
Je ne sais pas si je dois rire a votre demonstration par l'absurde ou fremir qu'elle ne soit premonitoire.

 
At 19:59, Anonymous tutur said...

A thina,

Les parents qui mettent leurs enfants a l'ecole privee payent des impots tout comme ceux qui choisissent l'ecole publique non? En quoi donc l'ecole privee appauvrirait l'ecole publique?

 
At 01:34, Anonymous Thina said...

Ah! La formule magique "on paye des impôts"!
Les impôts que nous payons servent à faire fonctionner les services publics!
A partir du moment où une entreprise est privée ses ressources doivent l'être aussi! Soyons libéraux jusqu'au bout...
L'argent distribué au privé entame le budget de l'état au détriment du public et sans bénéfice pour la collectivité!
Imaginez-vous l'état payant les salaires des employés de Peugeot, Carrefour, Orangina, Cartier... ?
(on a droit aux marques ici ?)

 
At 05:38, Anonymous tutur said...

Thina,

La formule magique "on paye des impots" n'est-ce pas vous qui l'avez employe en premier "nous, nos impôt!" ?

Ma question est simple, etant donne que chaque parent d'eleve paye des impots a l'education nationale, que ses enfants soient dans le public ou dans le prive, pourquoi dites vous que la subvention des ecoles privees appauvrit l'Education Nationale?

 
At 12:55, Anonymous Thina said...

à Tutur,
Ce n'est pas parce que les parents de l'école privée payent des impôts que ces impôts doivent subventionner ladite école. Rien ne les oblige à y inscrire leurs enfants.
Un autre exemple: Si vous choisissez de vous faire soigner en clinique privée plutôt qu'à l'hôpital, c'est votre choix, ça n'est pas une raison pour que l'état paye le personnel des cliniques privées.
Les subventions données au privé sont prises sur le budget qui devrait être alloué entièrement au public et lui permettre de mieux remplir sa mission, c'est en ça qu'elles appauvrissent l'école publique.

 
At 19:35, Anonymous tutur said...

A thina,

Le budget de l'enseignement est d'environ 60 milliards d'euros, il y a 40 millions d'actifs pour 60 millions d'habitants, supposons donc 20 millions de scolarises. Je vais appeler une personne scolarisee un "enfant", ce n'est pas tout a fait exact mais cela facilite la redaction.
Comptons donc 3000 euros par an et par enfant. Cette somme provient de la collecte des impots qui sont payes par tous. Supposons qu'une ecole privee subventionnee accueille 30 eleves. Si elle recoit 30 x 3000 = 90000 euros par an de l'Etat alors vous me direz, le budget de l'education nationale a ete appauvrit de 90000 euros! C'est vrai, mais vous devez aussi considerer que ces 30 enfants n'utilisent pas au cours de cette annee l'ecole publique, aussi la charge de l'Education Nationale a ete reduite d'autant et elle ne s'en trouve donc ni plus pauvre ni plus riche.

 
At 23:44, Anonymous Thina said...

Calcul faussé Tutur:
Si ces 90000 euros étaient attribués à l'école publique, elle aurait davantage les moyens d'accueillir dans de bonnes conditions vos 30 élèves et une bonne partie d'entre eux ne seraient plus obligés de payer les frais d'inscription exorbitants de l'école privée.
Le choix privé/public ne devrait être qu'un choix éducatif.

 
At 00:47, Anonymous tutur said...

thina,

Mais non, si ces 30 eleves reviennent dans le public ils representent une charge supplementaire de 90000 euros pour l'etat et donc le fait d'avoir recuperer cette somme est une operation blanche!

Une ecole privee sous contrat c'est juste une ecole publique avec marque "privee" dessus et qui vend en plus au parent un service X ou Y.

 
At 00:49, Anonymous tutur said...

Remarque: je vous presente juste des arguments logiques, ca ne veut pas dire que je defends pour autant la subvention de l'ecole prive, mais je ne peux pas laisser dire que la subvention de l'ecole privee appauvrit l'ecole publique, ca n'a aucun sens.
En l'occurrence je suis contre la subvention de quoi que ce soit.

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home