lundi, septembre 01, 2008

On rentre

Pauvre blog, oublié, délaissé, mis au placard sous prétexte des vacances. vacances sur lesquelles je reviendrai certainement, car elles ne se déroulèrent ni à la mer, ni à la montagne, ni à la campagne, ni en ville, mais dans un grand village, un bourg de 3000 âmes à peine, mais surprenant de charme et de propreté. Un cinéma dernier cri, une piscine à 2 bassins plus une pataugette, des pelouses dignes de la Suisse ou de l'Angleterre, un petit lac charmant, des gens charmants des commerçants charmants, une location charmante. Bien sûr je n'y suis resté que deux semaines. Aurais-je supporté plus longtemps ce calme, cette douceur de vivre ? Pas sûr. Mais je reviendrai à Senonches.
Je retrouve mon BLOG et des commentaires que je n'avais pu lire. Je reviendrai aussi sur la petite controverse au sujet de Marie-Antoinette.
L'Université d'été du PS s'achève. Quel chef , pour quel parti ? Peu importe. Ce que je sais, ou prétends savoir, c'est que dans une vingtaine d'années le Premier Secrétaire (en initiales, ça fait encore PS) sera sans doute Olivier Besancenot. Parcours normal. C'est, je crois, Edouard Herriot qui disait : "Je me méfie des hommes politiques qui n'ont pas été anarchistes dans leur jeunesse" Moi, je me méfie de ceux qui ne le sont pas restés.
Et je retrouve aussi la radio du matin émaillée comme toujours de fautes de français ou d'approximations linguistiques. Ce martin j'entends dire que les prises des douanes se sont démultipliées. Multipliées aurait été plus simple et plus exact. Démultiplier c'est, par un système d'engrenages, réduire la vitesse. Est-ce à dire que les gabelous étant trop lents il y a eu moins de saisies ?
Quant aux fautes de langue, elles augmentent aussi vite que le coût de la vie. Quand les journalistes apprendront-ils que les liaisons doivent satisfaire l'oreille et non l'orthographe ? De part et d'autre se prononce de par(t) et d'autre et non de par-té d'autre. La liaison se doit faire avec la dernière consonne sonore si elle n'est pas suivie d'un "e" : d'ores et déjà. C'est toujour(s) avec (et non toujour-z-avec) un sursaut que j'entends de prétendus professionnels massacrer allègrement leur outil de travail. Un spécialiste du mal-parler était sans conteste Léon Zirone qui ne ratait pas un toujourzavec et multipliait les géminées avec beaucoup d'aLLLLure !
Finies les vacances ! La chanson va reprendre ses droits. Quelques galas en vue. Vous connaîtrez les dates et les lieux en temps utile. J'espère que ça ne vous empêchera pas de venir.

3 Comments:

At 14:03, Anonymous Anonyme said...

A propos de Besancenot : J'ai entendu José Arthur donner une définition très drôle de la gauche caviar. De mémoire : "mourir pour le peuple : Oui. Vivre avec lui : jamais"

Marc

 
At 09:55, Anonymous Bruno said...

La citation est de François Mauriac
Et c'est tellement vrai ...

 
At 02:27, Blogger dada24 Xu said...

christian louboutin
nike cortez classic
authentic louis vuitton handbags
ralph lauren
ralph lauren outlet
fitflops sale clearance
gucci bags
canada goose outlet
nike roshe shoes 
ed hardy uk
zhi20170116

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home