samedi, décembre 03, 2005

Austerlitz et moi, et moi, et moi...

Remettant à plus tard les pensées profondes que m'inspirent la beauté, je préfère aujourd'hui me pencher sur le problème des commémorations. Austerlitz ! Le soleil ! Le petit empereur mégalomane( pléonasme ?) une main dans le dos, l'autre sur son ulcère d'estomac, contemple les troupes ennemies... Et ce sera la victoire ! Des dizaines de milliers de morts ? Quand on aime la gloire, on ne compte pas. Que va-t-on commémorer au fait ? La victoire pour les uns, la défaite pour les autres, puisuqe la commémoration se fait tous pays confondus. Des milliers de figurants, des milliers d'uniforme, des tonnes d'explosifs, et sans doute aussi des tonnes de hamburgers, de saucisses et de frites. Que se passera-t-il dans cent trente cinq ans d'ici. Va-t-on faire une vaste reconstitution du déferlement des troupes nazies sur le sol français, avec fausses attaques de stukas sur des colonnes de réfugiés, puis fausses arrestations de juifs et pelotons d'exécution de résistants. Le Stade de France ( S d F ) remplacera le Vel'd'Hiv, des milliers de figurants en uniforme, d'autres en pyjamas rayés...
Le devoir de mémoire est une chose. Encore faut-il choisir ce qu'on doit retenir des leçons de l'histoire.

P.S. : répondant à une question qui ne m'a pas encore été posée, je précise que c'est bien le 20 décembre à 21 heures que débutera au Théâtre Le Funambule ma pièce SAMUEL dans l'ÎLE.

2 Comments:

At 10:20, Anonymous philophenomene said...

Le 2 décembre est le drame de ma vie : c'est l'anniveraire de mon enfant unique, mon fils Julien. Et il y a toujours quelqu'un qui, systématiquement, assombrit ce jour béni en s'exclamant (ravi) : "Ah, il est né le jour de la victoire d'Austerlitz"..., oubliant cet anniversaire qui compte pour moi et m'obligeant à penser à un petit soldat ambitieux, frustré, misogyne que j'ai toujours détesté, tant pis pour mes amis corses.

Alors, quand on me parle d'Austerlitz, je réponds toujours : "ah oui, quel superbe danseur !" (à ceux qui ne le sauraient pas, c'est le véritable nom de Fred Astaire).

Et je rejoins Jean-Claude dans sa crainte des "dérapages commémoratifs". Il existe déjà des stages pour managers épuisés qui veulent évacuer leur stress : on les envoie revivre la guerre du Vietnam... Alors tout est possible, hélas.

 
At 16:07, Anonymous Bruno said...

Levé ce matin avec un reportage déprimant de France info sur les niaises commémorations de la bataille d'Austerlitz.L'homme ne sera t il toujours qu'un indécrottable crétin infantile,pensais je.Et comme j'envisageai de prendre un anti depresseur,le blog de mr Deret vint à point pour me remonter le moral et sauver ainsi une journée bien mal partie.

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home